Saviez-vous que...?

L’éducation au don d’organes : un maillon clé de la chaîne du don!

Un seul donneur peut sauver jusqu'à 8 vies et recouvrer la santé à une vingtaine d'autres personnes.

Au Québec, le plus jeune donneur d’organes n'avait que 48 heures, alors que le plus âgé avait 92 ans!

Seulement un peu plus de 1 % des personnes qui décèdent répondent aux conditions susceptibles d’envisager le don d’organes.

Chaque année, environ 800 personnes attendent une transplantation au Québec. Malheureusement, une trentaine d'entre elles décèdent, faute de recevoir un organe à temps.

La grande majorité des pays procéderont à un don d’organes uniquement après avoir obtenu le consentement des proches. Cela est vrai en Espagne, le pays qui affiche les meilleurs taux de donneurs au monde.

On peut donner un lobe du foie ou un rein de son vivant.

On peut faire le don de la cornée des yeux et de certains tissus jusqu'à l’âge de 85 ans.

Transplant Québec coordonne le processus du don d’organes pour tout le Québec. Quant au don de tissus et de la moelle osseuse, il est sous la responsabilité de Héma-Québec.

Un monde à découvrir!

Informations sur le don d’organes et de tissus en regard de la transplantation.


Dr Michel Lallier

Dr Michel Lallier, chirurgien pédiatrique au CHU Sainte-Justine, explique le don d’organes et de tissus ainsi que le don vivant.

En savoir plus sur le don de son vivant

Au Québec, toute personne peut décider de donner ses organes et ses tissus au moment de son décès. C’est un geste anonyme, volontaire, libre et gratuit.

Par contre, le don d’organes est possible uniquement lorsque la personne décède à l’hôpital, et ce, dans des circonstances précises. Seulement 1,4 % des gens décèdent dans des conditions dites de « mort cérébrale » pouvant mener au don d’organes. Cela représente un maximum de 450 à 500 personnes par année pour tout le Québec, si toutes les conditions sont réunies chaque fois.

Les organes pouvant être prélevés chez un donneur en vue d’une transplantation sont : les deux poumons, le cœur, le foie (qui peut être divisé en deux), les deux reins, le pancréas et l’intestin. Chaque donneur décédé offre ainsi la possibilité de sauver jusqu’à huit vies.

Également, une personne peut donner un rein ou une partie de son foie de son vivant ainsi que de nombreux tissus : cornées, valves cardiaques, tendons, etc.

D’autres dons, tels le don de sang et de cellules souches sont aussi d’une importance capitale.